Chateauneuf du Pape - Vins - Domaine André Brunel - Les Cailloux

Châteauneuf-du-Pape Millésime 2009

Nos millésimes : Châteauneuf du Pape

L’AOC Châteauneuf-du-Pape est une des plus belles de la vallée du Rhône. Elle est célèbre pour ses vins rouges mais propose aussi de très jolis vins blancs. La qualité n’a pas de prix ! c’est pourquoi sur chaque millésimes tous les cépages plantés dans nos parcelles nous permettent d’exprimer au mieux le terroir qui est le nôtre. 

Avec moins de 30 mm de précipitations cumulées entre le 9 juin et le 14 septembre, à Châteauneuf-du-Pape l’été 2009 a été extrêmement sec. Il dépasse même le record établi en 2007 alors que la moyenne sur vingt ans s’élève à 161 mm. En revanche, l’automne 2008 et l’hiver 2009 ont été très pluvieux, ce qui a permis aux sols de reconstituer leurs réserves hydriques avant l’été.

Le printemps 2009 a été plus frais et plus humide que la moyenne (31 jours de températures minimales comprises entre 10 et 15°C) et 170 mm de précipitation entre mi-avril et mi-juin). En revanche, l’été qui a suivi a été particulièrement chaud, marqué par 24 jours où les maximales ont été supérieures à 35°C dont 12 pour le seul mois d’août (contre 7 pour tout l’été en 2007). Ce qui le classe 2ème mois d’août le plus chaud des 46 dernières années (après 2003). Enfin, de mai à septembre, le ciel de Châteauneuf-du-Pape a été sensiblement plus ensoleillé que la normale, cette période se classant en 4ème position derrière les années 1967, 2003 et 1989 qui détient le record. Au final, le bilan thermique de l’année est légèrement excédentaire par rapport à la moyenne pluri-annuelle. Le vent de Nord (Mistral) a largement dominé l’année viticole. Certains mois ont été marqués par de nombreux jours consécutifs avec de fortes à très fortes rafales.

La qualité du millésime reflète parfaitement ce que nous enseigne le bilan climatique de la période végétative : aidé par un printemps pluvieux, l’été 2009 a favorisé l’obtention de raisins extrêmement sains, très colorés et dotés d’une structure tannique importante. Le millésime 2009 est l’un des plus précoces de ce début de 21ème siècle.

Dans les vignes, le tri a été ramené au strict minimum et les vendanges se sont déroulées en toute sérénité, laissant à chaque vigneron la liberté d’organiser ses chantiers de récolte en fonction des maturités de leurs différentes parcelles. Les pluies survenues courant septembre (53 mm de cumul mensuel) n’ont en rien affecté le bon déroulement des vendanges qui ont débuté fin août et se sont terminées début octobre.

D’un point de vue quantitatif, la récolte sera peu élevée avec des rendements estimés entre 28 et 30 hectolitres par hectare alors que le rendement maximum autorisé est fixé à 35 hectolitres par hectare. Les fermentations se sont déroulées dans de bonnes conditions, les derniers décuvages ont eu lieu début novembre.

Les premières dégustations de vins finis ont permis de confirmer que le millésime 2009 se situe dans la lignée des très grandes années que sont 2005 et 2007. Ce sera comme eux un millésime de garde qui permettra d’ici là de profiter pleinement du caractère affirmé des 2004 et des 2006 ; de la gourmandise et de la rondeur des 2008.

Nous vous donnons rendez-vous le 1er février au Club des professionnels du vin à Marseille et le 22 février à Vinisud pour découvrir le millésime 2009 en primeur.

 

 

Les vins du millésime